Interview blog escape game visioconférence

Créer l’évasion à distance #1 : The Box, l’escape game version visio

A l’heure où les escape rooms sont contraintes de garder leurs portes closes, certaines enseignes ont décidé de continuer à divertir leurs joueurs confinés. Je suis partie (virtuellement bien sûr) à leur rencontre. 

Premier épisode avec Philippe, cofondateur de The Box, qui a pensé des salles spécialement conçues pour être jouées en visioconférence. 

Salut Philippe ! Avec The Box, tu t’es lancé dans l’aventure de l’escape game à distance via la visioconférence. Comment est né ce projet ?

Tout début mars, nous avons signé le bail d’un nouveau local de 300 m2, voisin du nôtre dans l’objectif de construire de nouvelles salles. Un timing pas vraiment optimal puisque le premier confinement est arrivé deux semaines plus tard. 

Mais plutôt que de nous en mordre les doigts, nous avons préféré continuer à avancer en gardant le sourire. Etant expatrié à Hong Kong à ce moment-là, j’étais assez pessimiste sur les chances de pouvoir rouvrir les salles physiques avant plusieurs mois, et je ne me voyais pas demander à toute l’équipe de rester déprimer à la maison sans savoir ce que serait l’avenir.

Nous avons commencé à utiliser Zoom pour faire jouer à nos amis l’une de nos salles physiques, le Casse du siècle, par le biais d’un game master présent dans la salle. Les réactions étaient assez mitigées au début, car les gens étaient frustrés de rester passif. L’expérience était trop éloignée d’une room classique!

On s’est alors dit que ça pouvait marcher, mais pas en mode purement visio. On a donc réécrit une partie du jeu, et prévu des ressources à trouver sur internet. Au lieu de juste voir un spectacle derrière leur ordinateur, les joueurs retrouvent une expérience plus riche, qui les embarque dans le jeu.

C’est finalement mi-mai que nous avons réussi à commercialiser cette nouvelle version du Casse du siècle. Ensuite, en collaboration avec un autre établissement de Metz, les Francs Limiers, ainsi qu’IRL-Game, une petite boîte d’évènementiel tenue par l’un de nos anciens game masters, nous avons créé une nouvelle salle entièrement pensée pour la visio. L’Entrepôt 13 était né !

Comment avez-vous travaillé pour adapter le jeu à la visioconférence ?

Il faut donner corps au personnage qui sera joué par le game master, revoir le game design selon ce qui passe bien en visio ou non, calibrer le nombre d’éléments visio et web, et surtout organiser beaucoup de tests.

Sur le Casse du siècle, nous avons prévu au moins 40 groupes de beta testeurs sur deux mois, une quinzaine sur l’Entrepôt 13. C’est beaucoup plus que ce que l’on fait habituellement pour une salle physique. Mais la visio rend plus simple l’organisation des beta tests.  On peut les enchaîner !

En tant que gérant de salle, quels sont pour toi les avantages de ce nouveau format ?

La distance fait évidemment perdre des choses, mais elle en fait aussi gagner ! L’Entrepôt 13 a été pour nous une expérimentation du champ des possibles de la visio. Créer une potion magique qui donne de nouvelles compétences physiques, c’est maintenant possible. Ce nouveau terrain de jeu est très excitant !

Du point de vue opérationnel d’un gérant de salle, l’expérience à distance a également un autre avantage : les décors n’ont plus besoin d’être très solides comme c’est le cas lorsque 10 000 personnes passent dans un décor chaque année. Par exemple, nous n’avons pas été obligés de coller tous les éléments qui ne doivent pas bouger. Et ça, c’est assez magique pour un entrepreneur d’escape game !

Et les inconvénients ?

Les sessions sont beaucoup plus éprouvantes pour les game masters que la simple supervision des joueurs dans une salle physique. Ils doivent avoir une appétence pour la comédie et un talent d’acteur, car ils doivent garder leur rôle pendant toute la durée de la session.

L’autre inconvénient pour nous est qu’il est difficile de faire comprendre au grand public ce qu’est un escape game en visio. Ce n’est pas une expérience qui s’explique, mais qui se vit. Un peu comme l’était la salle d’escape à ses débuts en France ! C’est d’autant plus compliqué que nous sommes la seule enseigne d’escape game à proposer ce concept.

Nous avons en revanche beaucoup de demandes d’entreprises pour du team building à distance, pour les salariés en télétravail. Ce n’est pas une cible que nous cherchions à atteindre à la base. L’un de nos objectifs pour les mois à venir sera donc de construire une nouvelle expérience de qualité qui soit adaptée à ce type de demande.

Comment envisages-tu l’avenir ?

Je ne sais pas quand on pourra rouvrir, on espère janvier, mais ça sera peut-être février ou mars. Je ne veux pas être trop pessimiste! Mais finalement c’est cet état d’esprit qui nous a poussés à l’action. 

Nous ne pouvons pas attendre que le monde redevienne comme avant. Il y a des choses à faire pour continuer à travailler et à divertir les gens à distance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page